Ces 30 prochains jours

Lun Jan 07 @20:00 -
Mots croisés
Lun Jan 14 @20:00 -
De Newton à l'EELT

Prochaines manifestations

Lun Jan 21 @19:00 -
ASSEMBLEE GENERALE
Isabelle Grenier PDF Imprimer Envoyer

.

Isabelle GRENIER est spécialiste de l’astrophysique des hautes énergies, Professeur en astrophysique à l’Université Paris Diderot et membre du Service d’Astrophysique, UMR AIM au sein de l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers (Irfu)

.

Extrait de forumchangerere :

Professeur à l’Université Paris Diderot, chercheur au laboratoire AIM au CEA à Saclay et membre de l’Institut Universitaire de France, Isabelle Grenier est spécialiste de l’astrophysique des hautes énergies, elle est associée à l’observatoire spatial Fermi de la NASA qui a été lancé en 2008 pour observer le ciel en rayons gamma. Cette forme très énergétique de lumière révèle l’activité étonnante des astres les plus puissants de l’univers (étoiles à neutrons, trous noirs, explosions d’étoiles).

Isabelle Grenier a pris part à l’essor de l’astronomie gamma avec les télescopes spatiaux européen COS-B, américain Compton-EGRET, et maintenant Fermi. Les méthodes qu’elle a développées servent à découvrir des milliers d’astres émetteurs de rayons gamma pour étudier leur capacité à accélérer des particules jusqu’à des énergies extrêmes, irréalisables sur Terre.

Notre Galaxie, la Voie Lactée, est sillonnée par de telles particules, les « rayons cosmiques », dont on ignore l’origine depuis un siècle. Madame Grenier étudie leur répartition dans la Galaxie et dans les sources présumées que sont les vestiges d’explosions d’étoiles. Elle vient de découvrir un cocon de jeunes particules, fraîchement accélérées près d’amas d’étoiles très massives.

Madame Grenier utilise ces particules et différentes formes de lumières émises par les atomes, molécules et poussières du milieu interstellaire pour recenser les réserves en gaz de notre Galaxie, réserves qui serviront à former de nouvelles étoiles. Après avoir participé au relevé des milliards de masse solaires d’hydrogène moléculaire de la Voie Lactée, elle a découvert d’importantes quantités de gaz sombre, invisible directement mais révélé par le passage des rayons cosmiques.


Mise à jour le Vendredi, 13 Janvier 2017 15:06